Florence Malgoire, musicienne

Issue d’une famille de musiciens, Florence Malgoire est violoniste et chef d'orchestre.

Concert enregistré à la Philharmonie de Paris le 6 avril 2016

 Dans « Les mardis de la musique ancienne » par Edouard Fouré Caul-Futy

Les Arts Florissants dirigés par William Christie interprètent un programme “airs sérieux et à boire” : Charpentier, Lambert, Le Camus, Moulinié. Concert enregistré à la Philharmonie de Paris le 6 avril 2016.

Écoutez la rediffusion sur France Musique ici

 

Programme :

Marc-Antoine Charpentier
Petite Pastorale – H. 479
Ouverture, scènes 1 et 2

Étienne Moulinié
Amis, enivrons-nous du vin d’Espagne en France

Michel Lambert
Amour, je me suis plaint cent fois

Marc-Antoine Charpentier
Amor vince ogni cosa – H. 492, prélude et scène 1

Michel Lambert
Vos yeux adorables

Étienne Moulinié
Enfin la beauté que j’adore

Sébastien Le Camus
Ah ! que vous êtes heureux

Marc-Antoine Charpentier
Charmantes fleurs, naissez – H. 449b
Amor vince ogni cosa – H. 492, scène 2

Marc-Antoine Charpentier
Tristes déserts, sombre retraite – H. 469

Michel Lambert
J’aimerais mieux souffrir la mort

Marc-Antoine Charpentier
Amor vince ogni cosa – H. 492, scène 3

Michel Lambert
Sans murmurer

Sébastien Le Camus
Laissez durer la nuit, impatiente aurore

Michel Lambert
Laissez-moi soupirer importune raison
Vous avez trop d’appas

Étienne Moulinié
Guillot est mon ami

Michel Lambert
Vos mépris chaque jour me causent mille alarmes

Marc-Antoine Charpentier
Amor vince ogni cosa – H. 492, scène 4

Les Arts Florissants
William Christie, direction musicale, clavecin
Emmanuelle de Negri, dessus et mise en espace
Anna Reinhold, bas-dessus
Reinoud Van Mechelen, haute-contre
Cyril Auvity, taille
Lisandro Abadie, basse
Florence Malgoire, violon
Sue-Ying Koang, violon
Myriam Rignol, viole de gambe
Thomas Dunford, archiluth

Concert Buxtehude Bach Telemann (article)

Concert Buxtehude Bach Telemann – Le Palais Royal / Sarcos – 15/03/16

Un article de Emmanuelle Pesqué dans odb-opera.com que j’aimerai vous faire partager.

« Joie tranquille, attente confiante. C’est de ces couleurs émotionnelles que Buxtehude et Bach ont trempé leurs cantates : le premier se fonde sur un psaume pascal, le second sur le célébrissime Cantique des Cantiques et sur le dialogue des époux. Si le narrateur principal, le chœur, semblait manquer d’assurance en tout début de soirée, il s’est épanouit peu à peu pour délivrer des commentaires savoureux et pertinents, en contrepoint des échanges du Christ et de l’âme, annoncé par un séduisant Mathias Vidal : Laura Holm, éperdue de tendresse répondait à un Aimery Lefèvre impérieux, pour la délectation de l’auditoire, sur un magnifique continuo où la douceur répliquait à l’énergie des cordes et aux susurrements des bois. « 

lire la suite ici

avec
Laura Holm – soprano
Charlotte Mercier – mezzo
Mathias Vidal – ténor
Aimery Lefèvre – baryton

Le Palais royal
Florence Malgoire, violon solo
Jean-Philippe Sarcos – direction musicale

Salle historique du premier Conservatoire – 15 mars 2016.

Les Fêtes Vénitiennes au Capitole

Théâtre du Capitole, Toulouse – Les 23, 25, 26 et 28 février 2016
avec les Arts Florissants, direction William Christie
Violon Solo : Florence Malgoire

Campra – Les fêtes Vénitiennes

Mise en scène, Robert Carsen
Avec Emmanuelle De Negri, Élodie Fonnard, Rachel Redmond, Emilie Renard, Cyril Auvity, Reinoud Van Mechelen, Sean Clayton, Marcel Beekman, François Lis, Geoffroy Buffière

site du Capitole

Crédits / Les Arts Florissants

«Venise, son Carnaval et ses masques sont sans aucun doute le décor idéal des scènes galantes, des badineries amoureuses et, plus largement, des réjouissances de tout ordre. Avec ses Fêtes galantes, le compositeur aixois André Campra a rompu le pesant héritage de la mode lullyste et a su développer un genre lyrique nouveau, sorte de spectacle total d’avant la lettre où se mêlent dans une joyeuse féerie les arts du chant et de la danse. Ces « comédies-ballets », dont Les Fêtes vénitiennes est l’un des premiers et plus brillants exemples, font alterner des scènes et des histoires sans réel lien entre elles, pour le simple bonheur des yeux et des oreilles. Les intrigues amoureuses s’y succèdent dans un esprit galant qui reste à jamais lié dans nos mémoires à celui du Siècle des Lumières. Avec, à la direction musicale et la mise en scène, deux des plus grands noms de l’opéra d’aujourd’hui, William Christie et Robert Carsen, cette production poursuivra une carrière internationale puisqu’on la retrouvera à la Brooklyn Academy of Music de New-York.»

Le 30 Janvier 2016 à GENÈVE

À L’OCCASION DE LA CÉLÉBRATION DES 40 ANS DE LA FONDATION DU CENTRE DE MUSIQUE ANCIENNE

Les Étudiants du département de musique ancienne de la Haute École de Musique de Genève

Orchestre baroque de la HEM – Genève

Œuvres de Cavalli, Lully
En journée, table ronde « Mémoires de la musique » avec les fondateurs du Centre de musique ancienne
Détails du programme sur www.hemge.ch
ENTRÉE LIBRE

Le 13 novembre 2015 ; Une soirée chez le Cardinal Ottoboni,

Festival de Vernier sur Baroque, Salle des fêtes du Lignon

œuvres de Hændel avec

Florence Malgoire et Amandine Solano, violons
Ophélie Gaillard, violoncelle
Hadrien Jourdan, clavecin

 

“Haendel entreprend de 1706 à 1709 un grand voyage en Italie. Lorsqu’il arrive à Rome en 1707, venant de Hambourg où il s’est forgé une solide réputation de compositeur vocal, il est accueilli à bras ouverts par ces cénacles arcadiens, toujours avides d’inédit et en particulier chez le cardinal Ottoboni, mécène passionné de musique. Dans cet environnement de faste et de facilité nouveau pour lui, le "cher Saxon", à peine âgé de 22 ans, déploie une invention, une fantaisie, un feu, qu’il ne retrouvera pas toujours, une fois fixé sur les rives de la Tamise. Il y rencontre aussi les meilleurs compositeurs italiens : Corelli, Caldara, Scarlatti, Vivaldi.”

Le programme de la soirée sera composé d’œuvres de Haendel, Caldara, Vivaldi et Scarlatti.

Billetterie ici…

Theodora de Haendel en redif. sur Arte et France Musique

A ne pas louper, la retransmission sur France Musique de l’opéra de Georg-Friedrich Haendel, Theodora, avec William Christie et les Arts Florissants (1er violon Florence Malgoire), spectacle enregistré au Théâtre des Champs-Élysées, les 13 et 16 octobre 2015.

William Christie – direction
Theodora – Katherine Watson
Irène – Stéphanie d’Oustrac
Dydime – Philippe Jaroussky
Septime – Kresimir Spicer
Valens – Callum Thorpe Valens

Orchestre et Chœur Les Arts Florissants

“Theodora nous transporte à Antioche, au début de notre ère. Au travers de cette oeuvre – l’une de ses dernières d’ailleurs – Haendel met en musique l’histoire tragique de Theodora, jeune chrétienne aimée d’un officier romain. Cette passion est malheureusement impossible puisque les deux amants évoluent dans une époque où les adeptes du Christ sont persécutés par l’Empire. Une petite histoire qui illustre la grande donc, propice aux émotions et aux tensions dramatiques.“ (présentation Arte)

France Musique

4ème conférence ICME à Genève • du 12 au 16 octobre 2015

Du 12 au 16 octobre 2015, Florence participera à la 4éme conférence ICME qui se tiendra au Campus Biotech à Genève, Suisse. La conférence est organisée par l’Université de Genève et de l’Université de Musique de Genève. Cette conférence interdisciplinaire réunira des chercheurs, des musiciens et des praticiens de différents domaines de la musique et de l’émotion.

renseignements ici Université de Genève

Concert à Genève (20/09/2015)

Le dimanche 20 septembre 2015 à 11h00, Florence Malgoire (1er violon et direction) en concert avec ;
Sue Ying Koang (violon), Simon Heyerick (alto), Serge Saitta et Olivier Riehl (flûtes traversières), Cyril Poulet (violoncelle), Paolo Corsi (clavecin)

à la Haute Ecole de Musique – Genève (Bâtiment du Conservatoire, Place-Neuve, Grande-Salle) dans le cadre du GAIA-Festival.

Programme :

Logo GAIA-Festival ©

G. P. Telemann (1681-1767)

• Ouverture avec la suite et la conclusion à 7 instruments,

extraite de la première production de la Musique de Table, (Hambourg-1733)

• Ouverture (lentement-vite-lentement), Réjouissance, Rondeau, Loure, Gigue, Conclusion

J.- M. Leclair (1697-1764)

• Ouverture en trio de l’opéra « Scylla et Glaucus » (Paris-1746)

• Grave, Allegro, Largo e Dolce, Allegro Assai

J.-P. Rameau (1683 -1764)

• Troisième concert mis en sextuor (Manuscrit Decroix, Paris-1768)

• La Poplinière (rondement), La Timide (1er rondeau gracieux, 2e rondeau gracieux), Premier Tambourin, Second Tambourin en rondeau

Espadillac (46)

Mercredi 19 Août 2015

Sonates et sonatines de Franz SCHUBERT
Florence MALGOIRE
violon et Paolo ZANZU pianino

 Les estives Quercycoises

Vendredi 21 Août 2015

Le salon de musique de Mr SCHUBERT, écrits et sonatines :

une soirée chez SCHUBERT entouré de ses amis par Florence MALGOIRE violon et Paolo ZANZU pianino, accompagnés par Marie-Christine BARRAULT (comédienne)

Organisé par l’association « les Estives Quercynoises« 

Archive presse :
http://www.ladepeche.fr/article/2015/08/14/2159484-marie-christine-barrault-aux-estives-quercynoises.html

La Belle Dame • Rediffusions sur Mezzo HD du spectacle avec Béatrice Massin

Violon solo et direction : Florence Malgoire

Samedi 07 février à 03h00
Samedi 07 février à 13h15
Lundi 09 février à 22h00
Mardi 10 février à 10h30
Vendredi 13 février à 18h25
Samedi 21 février à 01h30
Samedi 21 février à 14h30
Lundi 23 février à 22h00
Mardi 24 février à 10h30
Vendredi 27 février à 18h30
(voir le programme sur le site de Mezzo en cliquant ici)

La Belle Dame from compagnie Fêtes galantes on Vimeo.

Chorégraphie Béatrice Massin

« La Belle Dame » scelle les retrouvailles de Béatrice Massin avec le répertoire des danses baroques. Ce moment privilégié est l’occasion de nous éloigner de la « sacralisation historique » du répertoire. C’est avant tout le plaisir de la musique et de la danse qui est ici mis en avant. Allons chercher les touches d’humour, redonnons un caractère de gaîté à toutes ces danses plus belles les unes que les autres.

« La Belle Dame » est donc une œuvre inédite réunissant tout un pan de la musique et de la danse baroques. Ce patrimoine musical et chorégraphique français est présenté dans un spectacle total qui met en scène le mariage unique de la danse et la musique vivante. Les danses de « La Belle Dame » sont la visualisation même de la musique française du XVIIe siècle. Voir et repenser ces danses, c’est aussi voir et réinterroger la musique baroque d’aujourd’hui.

Hommage à Francine Lancelot, « La Belle Dame » évoque son œuvre. Danseuse, chorégraphe, pédagogue et chercheuse, Francine Lancelot a joué un rôle majeur dans la redécouverte en France de la « belle danse » du XVIIe siècle. Ce spectacle fait revivre sa personnalité pétillante, son rire, son plaisir à danser, sa bonne humeur qui illuminait son enseignement, son appétit de découverte. Avec elle, le savoir était toujours une matière en question, rien n’était certitude. Ce sont ses interrogations incessantes qui ont donné à Béatrice Massin le goût de la matière baroque et de ses questionnements.

En 2011, la reprise d' »Atys » et « La Belle Dame » sont donc deux splendides opportunités de rendre hommage à une belle dame de la danse, et de concilier une fois de plus musique et danse baroque, l’un n’existant pas sans l’autre.

Générique

chorégraphie Béatrice MASSIN
recréation de chorégraphies de Francine LANCELOT La Gavotte et ses doubles (extraite de la Sarabande pour Jean-Philippe) Les Caractères de la danse (extraits de Bal à la cour de Louis XIV) Raoul Auger FEUILLET & Guillaume Louis PÉCOUR choix de danses de bal et de théâtre publiées entre 1700 & 1712
musique Jean-Baptiste LULLY, Marin MARAIS, Jean-Ferry REBEL, Jean-Philippe RAMEAU
danseurs de la compagnie Fêtes galantes Bruno BENNE, Sarah BERREBY, Laura BREMBILLA, Laurent CRESPON, Adeline LERME
avec la participation de Sylvain BORUEL, avec l’aimable autorisation du Ballet de l’Opéra national du Rhin
musiciens : Violons : Florence MALGOIRE, Tami TROMAN – Flûte : Charles LIMOUSE – Viole de gambe : Guido BALESTRACCI – Clavecin : Blandine RANNOU – Percussions : Marie-Ange PETIT
lumières Évelyne RUBERT Conception sonore : Bernard DE ALMEIDA Costumes : Patrice CAUCHETIER Régie costumes : Marie-Claude GARCIN
remerciements à Didier MERLE, maître de ballet au Ballet du Rhin ; au Ballet et à l’Opéra national du Rhin et à tous ceux qui ont participé au collectage sonore autour de Francine LANCELOT

réalisation Centre national de la danse
durée
1h

« Older posts